Quand j’ai découvert la Donnerie



Je continue petit à petit à trier chez moi. J’attaque la cave, très doucement. Tiens, cette cafetière qu’on nous avait donnée. On en a une deuxième dans une armoire à la cuisine. Et une troisième sur le plan de travail. Bon, négocier son prix pour quelques euros, bof, surtout que c’est déjà un don. A mon tour de la donner!

Comment?

Voici les différentes solutions que j’ai déjà testées afin de faire mes dons:

  • Déposer des sacs fermés dans une bulle des Petits Riens ou Oxfam (pas Curitas svp). Pratique, il y en a un peu partout, mais ils ne prennent généralement que l’habillement et le linge de maison.
  • Mettre un écriteau ‘à donner’ et placer les objets sur le trottoir. Généralement très efficace, si on habite pas au fond d’un cul-de-sac. Les inconvénients: effet ‘Louis la Brocante’ (ou Louisette la décharge) devant chez soi et les voisins peuvent ne pas apprécier… Ne pas oublier de ‘rentrer’ les orphelins le soir.

Comment ça, gif de mauvais goût?

  • Trouver une Givebox et tout mettre dedans. Sympa, cool, c’est le vide-grenier du village. Elle attire cependant les détritus, et on ne sait pas si les objets pris vont réellement rendre service à quelqu’un ou s’ils vont être revendus. De plus, les givebox ne sont pas encore très courantes. Les boites à livres se développent bien par contre, à ma grande satisfaction!
  • Déposer chez Oxfam, les Petits Riens ou la Croix Rouge. Efficace, mais fastidieux (charger, décharger, heures d’ouverture, tri possible…).
  • Appeler la Ressourcerie Namuroise (ou pas namuroise d’ailleurs) et leur dire ce que vous avez à donner, en précisant le volume. Ils sont super sympas, et ont une éthique de travail excellente. Tout ce qui leur est donné est remis en état et utilisé lors d’événements, revendu dans leur boutique Ravik Boutique ou lors de déstockages. Ils viennent à domicile, c’est sur RDV dans les semaines qui suivent. Pas mal, mais faut être patient, et on ne peut pas ‘ajouter’ des choses de dernière minute car leur camion est ‘calibré’ selon les appels.

  • Utiliser un site/une appli de don. J’ai essayé il y a quelques années PayNut (avec une monnaie fictive en Nuts), ça a fonctionné. Mais si la plateforme n’est pas utilisée autour de chez soi (ou est fermée), ça perd son intérêt (déplacement, livraison toussa).
  • Balancer sur Facebook: quelques photos dans un album… Rapide, ça rend service à vos amis, mais tout ne trouve pas preneur. Il faut aussi s’arranger pour venir chercher/déposer/envoyer car évidemment, c’est ton ami du fin fond de la province du Luxembourg qui est intéressé, ton bazar attend des jours dans le hall d’entrée, ou tu dois aller chez BPost (quelle joie, pour un truc gratuit). On peut aussi les poster sur les groupes ‘à donner/à vendre’ du coin.

  • Utiliser la Donnerie, avec majuscule, car elle le mérite bien. Elle constitue désormais ma solution préférée. Elle vise à l’échange d’objets gratuitement de manière locale (pour ma part Eghezée-Fernelemont, mais il en existe sur de nombreuses communes), ainsi on gagne en déplacement et en rapidité de don. Il y a une charte à lire et à approuver (on a pas le droit de revendre des objets reçus par exemple, sous peine d’exclusion).Tous les utilisateurs de la Donnerie sont repris dans une mailing-list générale (type google group, on ne voit pas les emails de tous les utilisateurs). Pour me débarrasser de ma cafetière surnuméraire, un mail à cette adresse unique.

Les propositions et demandes (car oui on peut aussi demander, qui ne tente rien…) pleuvent chaque jour. Si quelque chose vous intéresse, répondez directement à la personne qui donne, et convenez d’un RDV dans les heures/jours qui suivent, facile car c’est près de chez soi! N’oubliez pas de clôturer lorsqu’un objet est donné en renvoyant un mail au groupe. Généralement tous les objets trouvent preneur dans les 24h, et rendent de grands services, en plus de vous faire de la place.

Toi aussi rejoins la puissance de la Donnerie, on a des trucs à te filer 😀

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *